Bordeaux 2030 la ville action, tout savoir, découvrir, s'informer, participer

Le projet vu par...

Nathalie Delattre… Nathalie Delattre, maire-adjoint du quartier

Lorsque le quartier des Aubiers a été imaginé par Jacques Chaban-Delmas, on pensait que la ville allait le rattraper aussitôt. Mais la crise économique est arrivée… et c’est seulement aujourd’hui, près de 40 ans après, que les Aubiers sont connectés à la ville grâce au tram mais aussi à Ginko. Quels sont les enjeux de ce raccordement ?

Il y a tout d’abord des enjeux urbains : il faut réussir à donner un sens, tout en respectant l’histoire, à de multiples territoires mal connectés, allées de Boutaut, Ravezies, Aubiers, place Latule…mais aussi des enjeux sociaux : les Aubiers doivent se lier avec le centre-ville qui arrive enfin jusqu’à eux. Cela veut dire une mixité pour les Aubiers avec la création de logements en accession libre. Enfin il y a des enjeux économiques : le grand territoire du lac doit s’ouvrir à la mixité habitat – activités. L’économie en sortira renforcée, notamment le grand pôle hôtelier. Et l’arrivée du grand stade va imposer de nouveaux défis.

Comment des liens pourront-ils se créer entre les Aubiers et Ginko, si proches et si différents, et les Aubiers et les Bassins à flot, séparés par les boulevards ?

Entre Aubiers et Ginko, le lien se fera à la faveur des équipements mutualisés : bibliothèque, salle polyvalente, espace culturel, gymnase… et grâce au parc qui les joint et au lac que tous les habitants des Aubiers, de Ginko et finalement tous les Bordelais fréquenteront. Lier les Aubiers et les Bassins à flot passe par la refonte totale de la place Latule mais aussi par l’aménagement du faisceau ferré de Cracovie. Il y a là un petit quartier à créer, ouvert sur la grande prairie des Aubiers.

 

 

... François Leclercq, architecte urbaniste

Interview réalisée dans le cadre d'Agora 2012 :

Le projet urbain des Aubiers, par François... par villedebordeaux


 

 

Consulter la présentation du projet urbain des Aubiers : Conseil municipal du 16 juillet 2012.

 

 

 

...  Delphine Baldé et Lionel Wheeler
Agence François Leclercq - Architectes Urbanistes

 

 

 

Les Aubiers, un quartier qui vous tient à cœur ?

Nous travaillons sur le quartier des Aubiers depuis 2007. Ce qui nous a frappés dès le début, c’est la force de ces bâtiments remarquables dans un paysage exceptionnel entre les Bassins à flot et le Lac.
Ce quartier des années 1970 doit être revisité pour exacerber les qualités de cet urbanisme utopique et résoudre les problèmes d’un territoire mal relié aux autres quartiers, malgré l’arrivée du tramway.
Ce que nous apprécions aux Aubiers, c’est le dynamisme de la vie de quartier, généré par des associations, par une population très jeune, par des habitants qui véhiculent une image valorisante. Il y a une ambiance électrisante, qu’il n’y a pas ailleurs au même niveau d'intensité.


Vous avez animé des tables aux ateliers de concertation. Qu’est-ce que cela vous a apporté pour l’élaboration du projet urbain ?

Cette expérience s’est révélée très porteuse au niveau des échanges entre les concepteurs, les acteurs de l’aménagement et les usagers (habitants et salariés).
L’apport pour la conception du projet urbain s’évalue à deux niveaux. Les discussions avec les habitants, pour certains depuis 30 ans, nous ont alimenté autant sur l’identité du quartier que sur son potentiel. Par ailleurs, les échanges sur nos propositions, parfois très animés, nous ont permis d’être plus proches des usages actuels et des attentes.
L’exemple le plus parlant est le projet de la prairie. Le maillage proposé pour le concours traversait la prairie en prolongeant le cours des Aubiers. Les habitants nous ont persuadés que ce n’était pas nécessaire, que conserver cet espace public qui est aujourd’hui le poumon vert des Aubiers, renverserait une situation actuelle où la voiture domine pour privilégier les circulations douces. C’est effectivement une dimension essentielle pour un futur quartier des Aubiers durable.