Bordeaux 2030 la ville action, tout savoir, découvrir, s'informer, participer

Siège d'Aquitanis

   

  ©Aquitanis // ©Platform Architectures

Programmation : bureaux

Surface construite : 4 918m²

Date de livraison : Septembre 2013

Maitre d’ouvrage : Aquitanis

Maitre d’oeuvre : Reichen et Robert & associés/Platform Architecture

Implanté depuis 2013 à l’une des entrées de Ginko (avenue André Reinson), le siège social d’aquitanis propose une architecture partagée entre fonctionnalité, pérennité et émotion.

Une architecture fonctionnelle
Repérable depuis le pont d’Aquitaine, le siège social d’aquitanis émerge entre le lac et le parc d’activités commerciales. De loin, il présente une certaine unité qui s’avère étrangement brouillée par une instabilité dont on ne perçoit les motifs qu’à l’approche du bâtiment : enveloppe poreuse tendue de lignes de cisaillement horizontales et rendue changeante par le jeu des lumières.
C’est avant tout un bâtiment fonctionnel dont la structure de béton renvoie à la solidité, la pérennité, l’inscription dans la longue durée. Elle affirme une rigueur constructive sur le principe d’une trame de 2,70 m sous toutes ses dimensions. Très prosaïquement, l’usage prime : les niveaux s’étagent avec beaucoup d’aplomb, les bureaux, les salles de réunions se distribuent avec exactitude.

Le vide intérieur : cœur du projet et qualité environnementale
Cet outil de travail affiche sa capacité productive et sa volonté d’être sobre en kilowatts consommés par l’isolation renforcée des façades (bardage métallique avec double isolation) et un réglage bioclimatique des températures estivales. Tout cela tourne autour d’un atrium central qui est par nature un grand vide monumental, donc des mètres carrés perdus. Mais, cette perte apporte l’essentiel au traitement bio-climatique du bâtiment basé sur un système passif de rafraîchissement nocturne. En été, espaces de travail et atrium s’ouvrent pour créer un flux d’air frais intérieur. L’hiver, le chauffage de l’ensemble est assuré par le réseau de chaleur urbain de l’éco-quartier et sa chaufferie biomasse située à proximité. L’atrium et sa verrière forment par ailleurs un puits de lumière qui s’offre lorsque l’on entre dans le hall d’entrée et qu’on lève les yeux. On peut y suivre la course du soleil et ses infinis jeux d’ombre et de lumière que des bandeaux métalliques oranges captent, réfléchissent, font varier d’intensité, en écho à la blancheur dominante.

En savoir plus : www.aquitanisphere.com