Bordeaux 2030 la ville action, tout savoir, découvrir, s'informer, participer

Un ensemble urbain qui doit évoluer

Dés 2006, la Ville de Bordeaux a demandé à l’A’Urba de réaliser une étude de programmation urbaine dans l’objectif de définir les principaux enjeux urbains du quartier.
Les résultats de l'étude ont conduit la Ville à consulter plusieurs équipes d'architectes et urbanistes pour définir quelles devaient être les priorités pour améliorer le fonctionnement urbain du quartier.

Entre 2007 et 2008, les bureaux parisiens de l’AUC et de Seura et l’agence bordelaise Flint ont travaillé de concert avec les services de la Ville de Bordeaux et ses partenaires.
Des acteurs privés ont été associés à l’étude de définition, notamment Unibail, propriétaire du centre commercial.

Parmi les trois équipes ayant œuvré sur l’étude de définition, aucune n’a proposé de nouvelles emprises constructibles, considérant toutes que le vide était l’un des atouts majeurs du quartier. Les équipes ont considéré que ce large potentiel d’espace public méritait d’être mis en valeur plutôt que d’être occupé. Ainsi, les propositions de densification se sont portées sur la reconversion du bâti existant.

A la fin de l'étude, les propositions ont permis de dégager des invariants. Les architectes et urbanistes ont tous souligné l'importance de :
- préserver la singularité de Mériadeck tout en simplifiant les déplacements à l’intérieur du quartier et avec ses environs proches,
- faire émerger un espace public de rue en donnant une plus grande place au piéton, au vélo, et en reconsidérant l’occupation des rez-de-chaussée. La séparation des flux fixée par le plan d’origine a condamné les rez-de-rue à n'être que l'entrée des parkings logés sous la dalle, désertés dès la fin de journée, où ni voiture ni piétons ne circulent. Les rues de Mériadeck dessinées pour être des axes uniquement automobiles sont assez larges pour être transformées en voies partagées avec les piétons et cyclistes et apaisées.
- créer des liens plus nombreux et plus visibles entre la rue et la dalle, considérée comme un espace public avec un fort potentiel mal exploité.
- conserver les espaces libres qui sont l'atout majeur du quartier. La trame classique bordelaise révèle un rapport d’occupation du sol privé/public de 80% et 20%. A Mériadeck, ce rapport s’inverse puisque 60% du sol est constitué par l’espace public, 40% par l’espace privé bâti.
- mettre en valeur le jardin de l’esplanade Charles-de-Gaulle et y faciliter l'accès par les  continuités piétonnes et les perspectives visuelles, avec et depuis la ville historique.

C’est l’agence bordelaise Flint qui a été désignée lauréate.  En savoir plus sur l'étude Flint

Un ensemble urbain qui doit évoluer
Un ensemble urbain qui doit évoluer
Un ensemble urbain qui doit évoluer
Un ensemble urbain qui doit évoluer
Un ensemble urbain qui doit évoluer