Bordeaux 2030 la ville action, tout savoir, découvrir, s'informer, participer

Un peu d'histoire

Un peu d'histoire

Vue aérienne des démolitions et premières constructions (cliché La Mémoire de Bordeaux, 1960)

Le quartier Mériadeck prend ses origines dans les terrains marécageux entourant la ville de Bordeaux. Les accusant d’être vecteurs de nombreuses épidémies, la ville demande à l’ingénieur Conrad Gaussen de procéder à leur assainissement au début du XVIIe siècle.L'archevêque François de Sourdis voit dans le projet d'assainissement de ces marais, la possibilité de reloger les Chartreux, alors sans monastère. En 1608, un nouveau monastère est édifié.
Au milieu du XVIIIe siècle, l’intendant Tourny aménage les allées d’Albret.

Monseigneur Mériadeck de Rohan, nommé archevêque de Bordeaux en 1769, hérite d’un projet de lotir les vastes terrains marécageux situés à l’arrière de l’ancien archevêché afin de financer la construction d’un nouveau : le palais Rohan, actuel hôtel de ville de Bordeaux. Il est bâti de 1772 à 1784 et le successeur de l’archevêque, Champion de Cicé, l’achève.

Entre 1820 et 1850, le lotissement se densifie mais les abords du Peugue, toujours pas canalisés, restent vacants. Le tracé du lotissement prolonge celui de la ville ancienne, créant une continuité au-delà des anciens remparts. Deux places organisent le quartier: l’une semi-circulaire, la place Rodesse, du nom du lotisseur, et au centre, une place carrée et plantée adoptant le nom de l’archevêque. Le nom de la place Mériadeck désignera bientôt l’ensemble du quartier.

En 1791 la grande cité des morts de la Chartreuse est construite sur ce qui est encore la périphérie de la ville.

Le quartier encore insalubre, n’accueillant que des ouvriers et des artisans, se paupérise petit à petit durant le XIXe siècle.Les voies sont mal pavées, les logements se délabrent. Mériadeck devient par arrêté le quartier réservé des ferrailleurs et des prostituées. Malgré la proximité du centre ville, Mériadeck se referme progressivement sur lui même, devenant un village presque autonome avec ses écoles, son cimetière, ses bistrots, son marché aux puces et ses maisons de tolérance qui attirent le reste de la ville.

Après la Seconde Guerre mondiale, le quartier jugé trop insalubre, doit être rasé puis reconstruit. Jacques Chaban-Delmas commande un premier projet officiel dressé par l’urbaniste Jean Royer et adopté en 1955. Il ne s’agit pas d’un quartier sur dalle mais le plan masse adopte déjà l’axe des jardins de l’hôtel de ville.
Deux mille cinq cents familles attendent d’être logées dans des barres de six à quatorze étages. Une tour et des équipements publics marquent la composition. Le seul immeuble qui témoigne aujourd’hui de ce programme est celui du Château d’Eau.

Deux autres projets sont étudiés avant l’adoption du projet « définitif ». En 1969, Jacques Willerval est appelé comme architecte coordonnateur. C’est en 1970 que Jean Royer et Jacques Willerval présentent la maquette du quatrième et dernier projet. Le nombre de logements est réduit, on prévoit la construction d’un centre commercial et surtout d’un grand centre tertiaire.

Le périmètre est agrandi en 1976 au sud-ouest de la rue d’Ornano. Ce dernier projet instaure la séparation des circulations automobile et piétonne, d’où découlent la dalle en hauteur, ses passerelles et ses parkings au niveau de la rue. La composition qui occupe tout ce territoire se fait selon quelques points forts : un axe central est-ouest qui devait établir la liaison avec l’hôtel de ville, marqué par un jardin, et autour d’une l’esplanade de plain-pied la mise en œuvre d’un urbanisme sur dalle, formalisé par cinq terrasses reliées par une série de passerelles.

Le plan en croix grecque des nouveaux bâtiments est prescrit pour donner une certaine unité et la hauteur des immeubles est limitée entre 15 et 40 mètres pour préserver le paysage de la ville basse.

A la fin des années 1970, la dalle est terminée mais Mériadeck est loin d’être achevé. Des immeubles se construisent encore qui ont abandonné depuis longtemps le principe du plan en croix.

Découvrir in situ l’histoire de Mériadeck ici

retrouvez la version papier à la direction générale de l’aménagement de la Ville de Bordeaux, Cité Municiaple - 4 rue Claude Bonnier, 33000 Bordeaux.