Bordeaux 2030 la ville action, tout savoir, découvrir, s'informer, participer

Banlieue chic ?

Vue à vol d’oiseau de la cité universitaire, Jacques d’Welles, vers 1930 (Arch. mun. Bordeaux, 6873 M 2)

L’ouverture des boulevards sur une partie des communes annexés en 1865 représente une étape décisive dans l’histoire de l’urbanisation bordelaise.

Une « petite banlieue » se créée entre la ceinture des cours et celle des boulevards.

Elle accueille, à partir de la seconde moitié du XIXe siècle, une population en pleine croissance. Les quartiers Saint-Nicolas, Simiot, Saint-Genès, Sainte-Geneviève… sont les lieux privilégiés de cette extension.

Au sud-ouest de la place d’Aquitaine (actuelle place de la Victoire), d’anciens domaines ruraux se lotissent au contact des faubourgs.

La ville croît, des rues et des lotissements sont créés de toute pièce jusqu’aux boulevards.

Un certain embourgeoisement assimile, depuis cette époque, le quartier Saint-Genès à une banlieue résidentielle cossue. Mais la réalité est plus complexe.

Télécharger le document