Bordeaux 2030 la ville action, tout savoir, découvrir, s'informer, participer

Ornano - Saint-Augustin

Ornano - Saint-Augustin

Vue d’ensemble des hospices de Pellegrin, E. Laval (Archives municipales Bordeaux XVI D 2)

Encore couvert de vignes, de ruisseaux et de maisons de campagne au début du XIXe siècle, le quartier du Tondu et de Saint-Augustin, près du marais et du cimetière de la Chartreuse, connaît un développement urbain spectaculaire à partir de la seconde moitié du XIXe siècle.

Son urbanisation se structure par l’ouverture du boulevard du Tondu (Antoine-Gautier), dès 1853, qui permet l’agrandissement du cimetière et le prolongement de la barrière d’Ornano qui forme, à son croisement, la barrière du même nom. Des quartiers d’échoppes et de maisons de ville se construisent très vite au long des nombreuses voie de desserte qui viennent morceler les anciens domaines : au Livran, à Lescure, Belles-Isles et plus à l’ouest encore, jusqu’au nouveau centre du village de Saint-Augustin qui se constitue avec son église, sa mairie et ses écoles. Vers 1900, la rue du Grand-Maurian est l’occasion de le relier à la barrière par la place Amélie-Raba Léon.

Mais Saint-Augustin devient aussi un quartier de grands équipements : des casernes (Xaintrailles, Faucher, Carayon-Latour), des hôpitaux (Charles-Perrens, Pellegrin jusqu’au Centre hospitalier régional universitaire actuel) et bien sûr le stade et sa plaine sportive qui côtoient l’un des plus beaux lotissements Art déco de Bordeaux, au milieu des cités des employés du tramway : un quartier mixte, dense et durable donc, par essence.

Télécharger le document