Bordeaux 2030 la ville action, tout savoir, découvrir, s'informer, participer

Les Bassins à flots

Les Bassins à flots

Alors que l’ensemble du périmètre proposé à l’inscription présente une continuité urbanistique remarquable, continuité aussi bien temporelle que spatiale, le quartier des Bassins à flots qui se prolonge vers Bacalan peut apparaître en décalage Contenus physiquement dans la ceinture des boulevards du XIX° siècle, les quartiers de Bacalan et des Bassins à flots présentent une identité forte et des paysages singuliers étroitement liés à la vie du fleuve et de son port.

Le paysage du quartier, marqué par l’eau des bassins à flot, son mouvement, ses reflets, la « plaque portuaire » espace ouvert de grande dimension (1.400m de long par 400 à 600 m de large), les traces et les vestiges des activités industrielles, les sols pavés évoque le passé portuaire du secteur. La présence de l’eau, les traces de l’activité industrielle (le Pavillon des Vivres de la Marine, les formes de radoub, les écluses, le « Nautilus », …), l’existence de grandes emprises désaffectées après le départ des activités portuaires, sont les atouts reconnus sur lesquels s’appuie le renouveau de ces quartiers nord. Pendant la seconde guerre mondiale, la construction de la base sous marine a accentué la rupture physique représentée par les bassins à flots. La monumentalité imposante de cet édifice en béton de 41000 m2 renforce la singularité du site.

La prise en compte de ce territoire dans le périmètre UNESCO relève à la fois de son intérêt patrimonial propre et de son inscription dans le projet urbain en général. Ces quartiers représentent en effet un moment singulier de la relation entre la ville et le fleuve et un potentiel d’extension de la ville à l’intérieur de ses propres contours.
L’avenir de ce quartier se dessine selon le plan guide conçu et mis en œuvre sous la direction de Nicolas Michelin. Il concerne un territoire de 154 ha qui englobe la plaque portuaire et les îlots bâtis qui la bordent, jusqu’à la Garonne au débouché du pont Jacques Chaban-Delmas. Les principes qu’il développe, s’attachent à préserver le patrimoine industriel du lieu, en tant que témoin fort de l’histoire portuaire de Bordeaux.