Bordeaux 2030 la ville action, tout savoir, découvrir, s'informer, participer

La Bastide dans le site du patrimoine mondial

La Bastide dans le site du patrimoine mondial

A La Bastide, le parc aux Angéliques marque la limite à l’ouest du site inscrit en juillet 2007 par l’UNESCO sur la liste du patrimoine mondial. Le territoire de la Bastide constitue ce que l’on appelle la zone « tampon » ou de sensibilité : un territoire qui englobe comme un écrin les architectures et les ensembles urbains qui témoignent de la prospérité du port de Bordeaux.

En effet, par sa topographie, de la Garonne aux sommets des coteaux de Lormont, Cenon et Floirac, ce territoire forme un ensemble indissociable du site inscrit. Cette plaine alluviale contribue largement à la mise en scène et participe à la contemplation du paysage urbain historique de Bordeaux.

Cela ne veut pas dire pour autant que le site ne doit pas évoluer, bien au contraire. Les projets de reconversion à l’étude devront contribuer à mettre en valeur cette entrée de Bordeaux car depuis l’ancienne route de Paris par la Bastide l’approche sur l’ensemble urbain exceptionnel du port de la Lune est le plus spectaculaire, alors que sur certaines parcelles, l’occupation actuelle n’est pas valorisante. De plus, c’est le paysage qui se découvre depuis la nouvelle promenade des quais qui longe la rive bâtie de la Garonne. Les projets d’aménagement de la Bastide et plus singulièrement dans les grandes friches industrielles et portuaires à reconvertir devront relever ce défi : renouveler le paysage de la rive droite en conservant ses traits majeurs : les berges naturelles de la Garonne, au premier plan, les imposants témoins de son occupation industrielle comme les halles Soferti, la Caserne Niel ou les grands moulins et bien sûr le front des coteaux verdoyant qui, dans le lointain, forme l’horizon.

Le premier grand changement qui rendra possible ces transformations sera la construction du pont levant Jacques Chaban-Delmas. Et l’UNESCO a reconnu qu’il s’inscrivait convenablement dans le paysage portuaire. Il permettra, beaucoup mieux qu’un tunnel, d’assurer la continuité des boulevards initiés au XIXe siècle. Cela renforcera la lisibilité du plan urbain, un des traits retenus par l’UNESCO pour décrire la valeur universelle et exceptionnelle de Bordeaux, port de la Lune. Bien sûr, les dimensions de ses piles sont imposantes pour supporter la travée levante et ménager le passage des grands navires pour accéder au site historique du port. Elles répondent aux gros objets qui marquent le paysage des quartiers nord, base sous-marine, silos, grands moulins de Paris. Sans grands bateaux sur la Garonne, Bordeaux, port de la Lune tournait le dos définitivement à son histoire portuaire et à son fleuve. Le fleuve, aujourd’hui, rapproche les deux rives.