Bordeaux 2030 la ville action, tout savoir, découvrir, s'informer, participer

L'appel à idées 2006 : Comment faire évoluer les échoppes sans les dénaturer ?

Cas n°1
Echoppe simple


Evolution de petites unités d’habitation bordelaises

Carola Vannini Architecte : Carola Vannini
Rome Italie
Le cas d’une échoppe simple située entre deux bâtiments R+1 permet d’envisager sa transformation en maison de ville à étage. Le projet d’extension en hauteur qui a retenu l’attention de l’ensemble du jury montre que le contraste établi par l’emploi de formes et matériaux contemporains, peut préserver le paysage de la rue et permet l’aménagement d’espaces à vivre fluides et lumineux, augmentant la surface de 72 m2.

Cas n°1 : une échoppe simple
Virginie Albira, Arnaud Comin, Fabien Laporte
Bordeaux
Ce projet propose une surélévation sur la rue en attique sous la forme d’un bandeau vitré. Les espaces à vivre sont organisés sur deux niveaux en intégrant la cave et en favorisant les espaces en double hauteur. Le projet se développe sur l’ensemble de la parcelle autour de patios et de terrasses… et présente de vastes espaces : salon, espace repas, cuisine…

Surélévation d’une échoppe simple… pour une famille nombreuse
Rémi Desalbres et Véronique Villaneau-Ecalle
Bordeaux
Ce projet de surélévation d’un étage complet a pris le parti de l’imitation de l’architecture d’origine, et transforme l’échoppe en maison de ville d’un étage. Le rez-de-chaussée est décloisonné pour accueillir des espaces de vie largement ouverts sur le jardin. Le plan de l’étage est tout à fait fonctionnel, et permet de disposer de quatre chambres supplémentaires avec salle de bain et terrasse.
L’e-choppe en ligne
Atelier Architecture BPM : Arnaud Boulain, Delphine Pirrovani, Loic Mazières, Florence Roumagnac et Philippe Peyrefitte
Bordeaux
Cette proposition transforme le cœur d’îlot en rendant accessible les jardins par une voie de desserte. La façade existante est conservée, et les surfaces habitables considérablement augmentées par une construction sur deux niveaux en fond de parcelle.
Cette intervention de densification ne peut être envisagée que dans le cas d’une opération d’aménagement à l’échelle de l’îlot.

Transformation d’une échoppe bordelaise

Olivier Nicollas et Guillaume Zilio
Strasbourg
Une extension à l’arrière en véranda et le réinvestissement du sous-sol créé un volume habitable sur deux niveaux sans modification de la façade sur rue tout en préservant le jardin. L’extension reprend le thème de la véranda pour apporter lumière et confort thermique à l’intérieur des nouveaux volumes.

Vivre une échoppe… vivre le vide
Bruneau Chistian
Bordeaux
Ce projet propose une surélévation d’un étage sur rue, une excavation et un épaississement du bâtiment sur l’arrière et augmente ainsi considérablement le volume habitable. L’aménagement intérieur développe quatre niveaux de plancher partiel établissant un jeu sur les différences de hauteur dans chaque espace.
Cette intervention transforme radicalement l’échoppe en maison de ville.

The wave
Evelyn Kyprianou - Vicky Yanqi CUI - Sélina Schuang Song - Guangzi Su
Nottingham, England
Ce projet propose une recomposition urbaine à l’échelle de l’îlot. Il intègre le stationnement en cœur d’îlot  par la création de trois voies nouvelles. Les places de parking sont aménagées dans des blocks fermés en demi sous sol dont les terrasses sont accessibles et végétalisées. L’accroissement des surfaces habitables repose sur une extension verticale de deux niveaux supplémentaires, construite en retrait.  Le projet intègre le volume de la cave ainsi qu’une construction nouvelle sur l’arrière.
Il ne conserve de l’échoppe d’origine que sa façade sur rue.

"Lightscope"
Victoria Farron, Catherine Lambert, Remah Gharib, John Petrie et Fran Daniels
(Farrow V.)
Nottingham England
A partir de la démolition du bâtiment existant qui conserve uniquement le plan de la façade d’origine, la construction nouvelle articule deux volumes sur deux niveaux. Une grande importance est accordée à la lumière et à la ventilation naturelle dans le choix d’une structure modulable préfabriquée. La proposition consiste à modifier radicalement le caractère privé du fond de parcelle et du cœur d’îlot  aménagé en jardin de voisinage. Le stationnement est concentré dans un îlot voisin, sur une grande parcelle occupée par des entrepôts.

Evolution de petites unités d’habitation bordelaises
Emmanuel Graffeuil,  Alice Scarwell,  Adrien Cruchet et Nicolas Dapremont
Bordeaux
Cette intervention vise la densification du bâti. Elle propose un ensemble de deux logements sur trois niveaux, implanté en retrait, en contrebas du niveau de la rue. Elle conserve de l’échoppe d’origine que le plan de sa façade sur rue. L’espace entre le plan de la façade sur la rue et celui de la construction nouvelle forme un accès commun, éclaire le demi sous-sol et ménage pour chaque logement des m2 pour un atelier ou une terrasse. Le plan d’un des deux logements est conçu pour être transformé en local d’activité. Des silos seraient construits sur d’autres parcelles pour répondre au besoin de stationnement  impliqué par cette densification.

Une échoppe qui glisse, une ouverture de plus dans la ville
Téodora Alexieva
Bordeaux
Après démolition du volume de l’échoppe,  le projet présente  à l’arrière de la façade une maison de ville sur deux niveaux privilégiant de grands volumes traversants en RDC pour les espaces de vie et deux chambres à l’étage. La création d’une terrasse à l’étage sur l’arrière génère des vues sur l’intérieur de l’îlot et sur les jardins voisins.

L’échoppe vue depuis une passerelle
Youssra Soufiani
Bordeaux
Ce projet propose de limiter l’intervention au réaménagement du volume à l’intérieur de l’enveloppe bâtie. Le jeu des niveaux de 3 planchers partiels apporte une grande diversité d’espaces en simple, double  et triple hauteur, des vues traversantes et  des vues plongeantes tout en conservant la façade sur rue.

Cas n°1 : une échoppe simple

Zaki Addou
Talence
La destruction du volume existant et la reconstruction de deux niveaux à l’arrière de la façade conservée permettent de transformer l’échoppe en maison de ville. Le RDC regroupe en un seul volume la cuisine, la salle à manger et le séjour.  L’accès à l’étage des chambres se fait par un escalier éclairé en toiture, amenant la lumière naturelle dans l’épaisseur du bâtiment. Cette intervention considère la façade sur rue comme un décor et présente à l’arrière une élévation superposant deux niveaux très contrastés : un RDC largement vitré et un étage abrité derrière des lames de bois.


Evolution de petites unités d’habitation bordelaises
Yann Brossier
Paris
Cette proposition augmente considérablement les surfaces habitables en s’appuyant sur trois modes d’extension : en hauteur par la création d’un étage supplémentaire rejoignant les bâtiments voisins, à l’arrière par un épaississement de la construction et en sous sol dans la profondeur de la parcelle par l’aménagement de deux pièces autour d’un patio, imperméabilisant le jardin.
L’écriture architecturale s’affirme résolument en contraste avec l’existant tant dans le choix des matériaux que dans la volumétrie.

L’âme de l’échoppe, l’âme du jardin
Baptiste Hernandez, Pauline Bricout et Anne-Lise Langlet
Paris
Ce projet propose une construction nouvelle derrière la façade de l’échoppe conservée comme trace. Le nouveau bâtiment articule plusieurs volumes - dont deux suspendus sur pilotis dans le jardin - autour de vides assurant des transparences de la rue au jardin.
La hauteur des constructions modifie radicalement le caractère privatif du cœur d’îlot.

Une échoppe pour la vie
Françoise Piel et Adeline Piel
Bordeaux
Afin d’intégrer le stationnement à l’intérieur de l’échoppe, ce projet propose de ne conserver qu’une travée de la façade sur rue et de reconstruire à l’arrière un volume en R+1 et un volume en R+2. Orientation des espaces vers le sud, isolation par l’extérieur, végétalisation des toitures terrasses, production de chaleur par géothermie,…. le projet  privilégie les dispositifs permettant les économies d’énergie, d’eau et favorise la biodiversité.
Cette architecture établit un fort contraste avec les constructions voisines présentant sur la rue de grands volumes sombres.

Cas n°1 : une échoppe simple
Philippe Buraud
Bordeaux
Ce projet présente une surélévation de deux niveaux dont le premier est dédié à la végétation. Cette intervention introduit une rupture dans le paysage de la rue tant par le contraste minéral / végétal, que par le volume construit de la surélévation qui dépasse d’un étage complet le gabarit de la rue.
De l’échoppe d’origine n’est conservée que la façade.
 

Echoppes
Louis Legrix de la Salle, Virginie Martin Lepaire et Jérome Monestier
Bordeaux
La surélévation de l’échoppe par la création d’un volume en voûte, permet d’augmenter la surface habitable sans empiéter sur le jardin à l’arrière. Le parti pris formel et le choix des matériaux rend l’intervention contemporaine très présente dans le contexte et propose un principe de juxtaposition des parties anciennes de la façade et des extensions. Les dispositions intérieures organisent au RDC des espaces de vie très ouverts de la rue au jardin, reliés à l’étage par un patio diffusant la lumière naturelle au cœur de la maison.

Maison recto-verso
Atelier SOA architectes : Pierre Sartoux et Augustin Rosenstiehl
Paris
La surélévation d’un étage complet se présente sur la rue comme une « copie conforme par moulage des murs, cloisons et plafonds, afin de les utiliser comme enveloppe extérieure … » inspirée du travail de Rachel Witheread. Le RDC est réservé aux espaces de vie largement ouverts sur le jardin dont une partie est transformée  pour accueillir les dispositifs techniques de récupération des eaux de pluies, de captage et de stockage de l’énergie solaire.
L’intervention établit un contraste très marqué avec le contexte.

Evolution de petites unités d’habitation bordelaises
Elise Giroud et Martin Coulombe
Paris
Ce projet de surélévation d’un étage complet en retrait du plan de la façade permet d’augmenter la surface habitable. Le décloisonnement complet du RDC et la double hauteur du séjour côté rue privilégient l’ampleur des volumes et la transversalité des espaces de vie entre rue et jardin.
Cette intervention présente un contraste discret avec l’existant. La disparition du versant de toiture au profit d’une terrasse transforme radicalement le volume bâti.

Une échoppe
Sanderre Alain - Architecte DPLG : Alain Sanderre et Sandrine Giraud
Le Bouscat
Le projet consiste à surélever en retrait l’échoppe d’origine. Sur rue, le revêtement utilisé est de l’aluminium brossé ou autre matériau selon le budget. Si le retrait est choisi pour marquer la différence entre les temps de construction, l’avant toit à l’aplomb de la corniche de pierre recréé l’alignement. La façade intérieure est contemporaine et colorée.

Evolution de petites unités d’habitation bordelaises
Didier Marchand
Bordeaux
Le projet porte sur la surélévation d’une échoppe simple par un étage en attique. L’étage sur rue se présente comme une bande vitrée rythmée par des colonnes qui soutiennent l’avant toit en débord. La façade arrière est composée en référence au vocabulaire architectural d’origine.

Proposition d’habitation type pour une famille de 4 personnes

Francis Theuvenin et Vyreak-Pheap Hak
Pantin
Le projet propose des extensions par élévation sur rue avec terrasse et  par modules à l’arrière en rez de chaussée plus étage. Une grande partie du cœur d’îlot est préservée et peut être  partagée par les habitants. La façade sur rue en vitrage miroir reflète l’architecture d’origine. Le traitement du cœur d’îlot offre un visage plus moderne avec une serre, une véranda et une terrasse.
L’élévation en retrait avec terrasse sur rue et la surélévation arrière à étage transforment radicalement le bâtiment d’origine.

Cas n°1 : une échoppe simple

Florence Journu
Bordeaux
Le projet consiste à poser une construction légère « comme un nid » sur une échoppe simple en préservant une terrasse plantée sur rue et à créer une extension sur jardin intérieur arrière. Il propose une intervention à caractère poétique pour une famille à la recherche d’un habitat plaisir. L’intervention préserve la façade d’origine mais l’élévation en retrait sur rue interrompt l’alignement.

Jardins de pierre
Sandra El Ammany, Lorraine Pelé et Claire Cinotti
Paris
Il s’agit ici de poser une surélévation en retrait sur l’échoppe d’origine et de faire une extension à l’arrière autour d’un patio. L’organisation intérieure doit permettre la division en trois petits logements. La façade sur rue est préservée et contraste avec les extensions en hauteur et arrière, réalisées en métal. Le rehaussement sur rue en retrait, modifie le paysage de la rue alors qu’un recul de 8 m en fond de parcelle préserve une partie du cœur d’îlot.

Cas n°1 : une échoppe simple
Mariana Echeverria Pérez-Montero et Bernat Hernandez Sabat
Paris
Le projet se présente comme un système d’accroissement de surfaces par appropriation du sous sol, extension sur cour anglaise et rehaussement arrière partiel. L’objectif est de préserver une importante surface végétale pour le jardin.
Si la façade sur rue  est préservée, le stationnement situé en parking enterré imperméabilise le cœur d’îlot.

Pour une meilleure habitabilité des échoppes
Mathieu Eugene et Sébastien Le Men
Paris
Le projet recherche une densification maximale de la parcelle par surélévation d’un étage, construction arrière en rez-de-chaussée en peigne et utilisation du sous sol. La surélévation sur rue réinterprète les échoppes bordelaises : un bardage acier porte en sérigraphie l’impression mimétique de l’échoppe d’origine. L’extension en cœur d’îlot reçoit une toiture végétalisée.
Le traitement sur rue de cette proposition respecte le paysage urbain mais réduit le caractère végétal du cœur d’îlot.

Cas n°1: une échoppe simple
Helen Chapman, Patrick Graham, natasha Lazarevich, Ruth Quartermaine et Gareth Selvy
Nottingham, United Kingdom
La posture se veut ici « révolutionnaire ». Elle consiste à rompre avec le cadre  contraignant de l’échoppe, pour offrir une unité de vie totalement flexible grâce à des planchers mobiles et une structure sur jardin pouvant recevoir des panneaux modulaires à la demande. Le cœur d’îlot est aménagé en espace public alors que la rue accueille un système de déplacement sur rail de petites cellules individuelles pour répondre aux besoins de chacun.

Evolution de petites unités d’habitation bordelaises
Delphine Remy
Bouffioulse (Belgique)
Le projet propose le réaménagement et le rehaussement de deux étages d’une échoppe simple pour accueillir une famille de quatre personnes. La surélévation sur rue et la façade sur jardin sont traitées en verre et lattage.
L’importance de l’intervention et l’organisation intérieure plutôt systématique éloigne le projet du modèle d’origine de la petite unité d’habitation bordelaise et son environnement.

A la carte
Société Creactitudes : Laure Reygner, Carmen Navarro Velasco et Samantha Tissier
Bordeaux
Le projet préconise l’extension d’une échoppe simple pour répondre à la diversité des situations de vie. La flexibilité s’appuie sur des dispositifs réversibles (pièce boîte montée sur rails, bande modulaire pour les services). L’extension s’effectue à l’arrière puis en hauteur. La façade sur rue est rehaussée d’un étage vitré avec garde corps rappelant l’architecture d’origine. L’extension arrière utilise une structure et des matériaux légers. Le projet explore la souplesse d’évolution de l’échoppe de manière innovante.

Echoppe caravane
CyrLAB : Cyrille Lambin et Cyril Pillard   
Paris
Le projet présente une réflexion portant sur l’agrandissement possible de l’échoppe à partir d’une modification et d’une dilatation du volume du toit traditionnel à 2 pentes. Il en résulte la superposition d’un objet très singulier et radical sur l’échoppe, sans lien apparent avec le caractère architectural et paysager du bâti et des lieux environnants….

Evolution de petites unités d’habitation bordelaises
Ornella Mellone
Monceau-sur-Sambre (Belgique)
Le projet repose sur la surélévation d’un étage complet et une extension  sur l’arrière. L’évidement du volume bâti permet d’organiser sur 3 niveaux des espaces à vivre largement ouverts sur l’extérieur et une zone technique regroupant les dessertes verticales et les pièces fonctionnelles. Il propose un registre formel contemporain, abstrait voire neutre, un mur rideau sur le jardin.

Evolution de petites unités d’habitation bordelaises
Mathieu Villemonteil et Victoria Gertenbach
(Villemonteil)
Paris
Le projet d’agrandissement de l’échoppe consiste à réaliser un étage en attique coté rue et à construire  sur l’arrière, d’une limite latérale à l’autre, un nouveau volume. La circulation verticale dans un patio central, apporte la lumière naturelle dans les pièces principales.
Projet compact et dense voire consommateur d’espace libre, il présente un registre formel contemporain cotés rue et jardin et un volume de toit imposant en rupture avec la taille de la parcelle…

Evolution de petites unités d’habitation bordelaises
Christine Coré et Sergi Planas Lopez
Cholet et Barcelona (Espagne)
Projet d’agrandissement d’une grande radicalité formelle en plan et en élévation qui ne conserve de l’échoppe initiale que sa façade en pierre. Il présente sur rue un étage en attique aveugle en rupture avec le paysage urbain, et sur jardin un épaississement du volume créé, agrémenté de patios permettant l’éclairement et la ventilation des espaces de vie.

A ciel ouvert
Sophie Bertrand et Eric Liégeois
Paris
Le projet présente 3 possibilités d’intervention sur l’échoppe.
La 1ère solution consiste à intervenir strictement dans le volume existant en le vidant et en ouvrant complètement ou partiellement la toiture (verrière ou fenêtres de toit). Des meubles structurant l’espace ou mezzanine sont créés en fonction des options d’aménagement.
La 2ème solution consiste à créer un étage complet sur rue ou en attique dans le prolongement ou en retrait de la façade du RDC, et propose plusieurs possibilités de traitement architectural de la façade selon sa structure (pierre, maçonnerie enduit, bois, verre - pastiche classique, contemporain…).
La 3ème solution consiste tout en conservant le volume bâti existant et en réorganisant l’espace intérieur à s’étendre coté jardin autour d’un patio et sur un ou les 2 mitoyens.

Cas n°1 : une échoppe simple
Kathy Harvey, Sébastien Gueniot et Marc Angst
Bordeaux
Sur la base d’une reconfiguration radicale du plan de l’échoppe traditionnelle où ne subsiste plus que la façade sur rue en pierre, le projet explore 2 types d’intervention : l’étage complet édifié dans le prolongement ou en retrait d’environ 1 mètre par rapport au RDC et le toit mansardé. La question de l’articulation du volume créé avec le RDC considère notamment le rôle et le devenir de la corniche comme élément structurant ou décoratif. Le dessin et la composition de la façade rue sont laissés plus ou moins « libres».

Histoire d’échoppe…
Scpa Tasteyre Jy-Rasolomampiandra V. : Jean-Yves Tasteyre et Valérie Rasolomampiandra
Massy
A partir de la surface au sol existante et d’une reconfiguration de l’organisation initiale de l’échoppe, ce projet d’agrandissement « très resserré » développe sur 3 niveaux y compris l’étage créé coté rue, un espace à vivre pour 4 personnes dont l’un en double hauteur.
Il présente un registre formel contemporain « en rupture » avec le caractère des lieux, qui peut varier en fonction des matériaux préconisés et de leur pose.

Cas n°1 : une échoppe simple
Aurélie De Seze et Elsa Miquel
Paris
Le projet consiste à agrandir l’échoppe par épaississements successifs en plan et en élévation, cotés rue et jardin sur une limite latérale. Il en résulte une densification et une urbanisation extrêmes de la parcelle où l’espace du jardin est fortement compromis.
Il présente en façade sur rue une écriture architecturale d’inspiration classique en pierre et sur jardin un langage plus contemporain combinant terrasses et grandes baies vitrées.

Evolution de petites unités d’habitation bordelaises
Lc Atelier d'Architecture : Laurent Castanet
Paris
Le projet consiste à réaliser un étage complet sur rue dans le prolongement du RDC existant ainsi que sur l’arrière le long d’une limite latérale. Le volume créé présente un registre formel contemporain, voire radical dans son dessin de façade, dans la nature de matériaux utilisés et dans le traitement de sa toiture terrasse.
Ne subsiste de l’échoppe d’origine que le RDC de la façade rue...

Est-ce qu’on peut densifier un espace en le dégageant ?
Erick Rodrigo Thomas Allende
Bordeaux
Le projet pose comme hypothèse de départ de faire vivre 2 familles dans un même lieu. Il propose d’organiser l’espace verticalement en duplex et triplex autour d’une circulation centrale qui structure et divise dans le sens de la longueur l’échoppe en deux entités autonomes mais imbriquées.
L’étage complet créé dans le prolongement du RDC propose un formalisme architectural de type néoclassique coté rue à l’opposé du formalisme contemporain de la façade jardin qui donne à voir l’organisation spatiale du bâti.

Evolution de petites unités d’habitation bordelaises
Magali Toubeaux
Montigny-le-Tilleul (Belgique)
La surélévation d’un étage complet sur la rue, l’extension arrière et le choix d’une couverture à simple versant aboutissent à augmenter considérablement les surfaces habitables. Le projet se développe sur deux niveaux à l’avant et trois niveaux sur l’arrière. Les espaces de vie sont organisés autour d’un volume traversant et abrite les espaces utiles (rangements, toilettes, cuisine, douche,...). La nouvelle façade sur rue s’inscrit dans le gabarit des maisons alentour, reprenant les travées du RDC. Sur l’arrière, le projet présente une élévation en deux travées séparées par le volume fonctionnel.
Ce projet s’éloigne du modèle de l’échoppe tout en préservant une articulation axiale très marquée.

Evolution de petites unités d’habitation bordelaises : cas n°1, une échoppe simple
Agnieszka Winnicka
Mons (Belgique)
Ce projet propose d’augmenter les surfaces habitables en surélevant l’ensemble de la construction d’un niveau et en intégrant les constructions en appendice sur l’arrière. Il transforme l’échoppe en maison de ville en R+1. Les élévations présentent des percements réguliers reprenant le rythme des travées.

Tranformations et enjeu de l’étude de type « n°1 » : une échoppe simple

Jean-Thomas Finateu
7 rue du Hainaut 75019 Paris
La transformation est conçue selon un principe d’extension progressive : du réaménagement simple à l'extension arrière, en sous-sol et en hauteur. Sur la rue, le dessin de la façade reproduit les rythmes de l'architecture d'origine, en utilisant cependant des matériaux (enduits chaux pavés de verre) et une facture différente.

Evolution de petites unités d’habitation bordelaises : cas n°1, une échoppe simple

Christophe Marcel
Saint-Claude
Ce projet propose une solution audacieuse au problème du stationnement : l’installation devant la façade sur rue d’une grille verticale permet le stockage de quatre voitures en hauteur. L’extension de la construction se fait également en hauteur sur trois niveaux couverts par une toiture terrasse.
Seule la façade de l’échoppe d’origine est conservée.

Evolution de petites unités d’habitation bordelaises : cas n°1, une échoppe simple
Poppy Floyd
Bordeaux
Ce projet prend le parti d’aménager l’échoppe pour une personne à mobilité réduite. L’extension du volume habitable est faite en sous sol, transformant cette échoppe simple en RDC en maison de ville à demi enterrée. Le sous sol se termine par une serre couverte par une verrière dans le prolongement  de la pente du toit d’origine.
Le paysage de la rue est entièrement préservé, à l’inverse depuis le coeur d’îlot, le volume du bâti n’est plus perceptible.

Evolution de petites unités d’habitation bordelaises : cas n°1, une échoppe simple
Crivat&Crivat : Emmanuel Crivat et Bogdan Crivat
Paris
Ce projet propose d’accompagner la surélévation en retrait de végétation donnant l’illusion du retournement du jardin intérieur sur la rue. Le nouveau volume occupe les deux tiers du terrain, réservant le dernier tiers au jardin.

Pour une meilleure habitabilité des échoppes : surélévations, transformations…
Archi Consept S.A.S : Jim Watson et Xavier Ayrault
Bordeaux
Cette proposition explore les possibilités d’évolution de l’échoppe selon les besoins d'accroissement des surfaces habitables. Le premier projet se développe en hauteur sur l’arrière par surhaussement de la toiture. Le RDC est réservé aux espaces de vie largement ouverts entre rue et jardin, et l’étage comporte deux chambres, une salle de bain et un bureau.
Le deuxième poursuit l’extension sur la rue avec deux chambres supplémentaires.
L’élévation associe la façade d’origine en pierre à un deuxième niveau unifiant les baies derrière les lames des brises soleil.

Garder la façade
Thomas Saint Yves et Fabien Mazenc
Bordeaux
Ce projet se présente volontairement comme un simulacre de « préservation patrimoniale ». Le principe consiste à démonter l’existant pour le reconstruire à l’identique au dessus d’un volume en RDC largement étendu sur l’arrière. Chaque niveau est en relation directe avec l’extérieur, le toit terrasse de l’extension est aménagé en jardin accessible. La façade sur rue intègre une baie de garage.
Le choix du métal lisse et réfléchissant oppose un fort  contraste à la pierre appareillée des constructions voisines.

L’échoppe bordelaise : quelles modalités d’extension ?
Emeline Lafaury et Arnaud Paquet
Paris
Ce projet développe trois hypothèses d’évolution de l’échoppe selon trois scénarii familiaux contrastés. Le premier aboutit  à une intervention minimale consistant à réaménager le volume existant sans modification de l’enveloppe bâti. Le second envisage l’implantation d’une construction neuve articulée à l’échoppe existante par l’intermédiaire d’un patio. Le troisième propose la transformation de l’échoppe en maison de ville par la surélévation d’un étage complet.

Evolution de petites unités d’habitation bordelaises : cas n°1, une échoppe simple
Franck Cluzeau
Bordeaux
Cette intervention redéfinit radicalement la volumétrie intérieure et extérieure de l’échoppe existante. Elle consiste à démolir la partie arrière pour reconstruire deux niveaux couverts en terrasse où sont installés des capteurs d’énergie solaire. La composition des volumes intérieurs s’appuie également sur la recherche des meilleures dispositions pour permettre la ventilation naturelle.
Le projet propose en outre le désenclavement des jardins intérieurs par la création de servitudes de passage donnant un accès par l’arrière.

Evolution de petites unités d’habitation bordelaises : cas n°1, une échoppe simple
Gabriel Danglehant
Bordeaux
Ce projet envisage la densification par le remplacement du logement individuel d’origine par deux logements. L’augmentation de surfaces habitables induites par ce parti pris est réalisé par l’extension en sous sol et par la création sur l’arrière de deux niveaux supplémentaires.
Ces transformations se traduisent par une modification radicale du modèle de l’échoppe tant dans sa volumétrie que dans son statut de maison individuelle.

Pour une meilleure habitabilité des échoppes : surélévations, transformations…
François Ferreira da Silva et Karine Floret 
Paris
L’introduction de la voiture à l’intérieur de l’échoppe entraîne une destruction partielle de la façade sur rue ainsi que la démolition de la partie arrière de l’échoppe. Deux nouveaux niveaux sont construits sur l’arrière. Dans le choix des matériaux et la volumétrie, ce projet s’affirme en contraste avec l’existant.

Echoppe contemporaine
Radu-Petru Racolta
Saint-Etienne
Pour agrandir les espaces habitables, ce projet propose une surélévation d’un étage complet à l’arrière, construit en structure métallique. Le RDC est ainsi entièrement décloisonné et réservé aux espaces de vie, organisés entre rue et jardin. L’étage propose deux variantes pour l’aménagement de deux ou trois chambres.
Si la façade sur rue est préservée, le volume de l’échoppe d’origine a disparu et l’arrière présente une nouvelle élévation très sobre.

Echoppe, Echelle, Etirer

V1.1 Architecture : Ludovic Cochet, Brice Landizeau, François Maurioblanca et Hervé Chollet
Bordeaux
Ce projet propose d’augmenter  le volume de l’échoppe d’origine en prolongeant  le versant de toiture sur rue d’une travée et en étirant le volume sur l’arrière. Les parties neuves présentent une expression architecturale uniforme à partir d’un module de panneaux à vantelles qui peut être fixe ou ouvrant, placé au dessus d’une verrière. Cette disposition rend possible différents scénarii d’aménagement intérieur à  développer.

Pour une meilleure habitabilité des échoppes : surélévations, transformations…
Ignazia Pinzello, Giusepe Marsala, Antonio Provenzani, Vincenzo Lomolino,Fabrizio Niceta, Claudia Rubino, Caterina Santangelo, Maria Laura Scaduto et Aldo Toto
Palermo (Italie)
Ce projet préserve entièrement le volume existant et explore l’impact sur le jardin de quatre interventions combinant récupération du sous sol, extension sur l’arrière, partielle ou totale avec toiture terrasse éventuellement accessible. Le programme prévoit outre les espaces de vie traditionnels, la surface nécessaire pour intégrer un espace de travail équipé d’informatique. La question du stationnement est abordée à l’échelle de l’îlot : la proposition consiste à intégrer la voiture sur la parcelle en aménageant une voie de desserte plantée le long des fonds de parcelle.

Pour une meilleure habitabilité des échoppes : surélévations, transformations…

Aldric Gayet et Anne Loira
Paris
Ce projet propose de limiter l’intervention à la construction d’un nouveau volume en R+1, dans la parcelle. La construction neuve est raccordée à l’existant par un volume double hauteur couverte par une verrière aménagée en jardin d’hiver.
Cette disposition, si elle empiète sur le jardin rend possible la préservation intégrale de l’échoppe d’origine et définit pour le jardin des espaces différenciés.

De l’abri au berceau
whY architecture : Fabienne Lagarrigue, Julien Vincent et Diane Chollet
Bordeaux
Le parti pris de l’intervention postule une conservation intégrale de l’échoppe d’origine qui aboutit à la proposition d’une extension sur pilotis dans le jardin. Décollée du sol et du volume existant par un patio ouvert, cette construction neuve se présente comme une simple boîte habillée de panneaux de bois à claire voie. L’accès à l’étage se fait  par un escalier depuis le patio.

Quelle évolution pour l’échoppe simple bordelaise ?

Charlemagne Frédérique : Frédérique Charlemagne
Mérignac
Ce projet propose la construction d’un nouveau volume dans le jardin, raccordé à l’existant par un passage le long d’un des murs séparatifs latéraux. La construction nouvelle se veut simple et légère : volume de verre ou habillage support de végétation.

Une invitation à vivre l’échoppe autrement…
Thersile Dufaud et Perrine Sabathier
Toulouse
Ce projet préconise d’  « habiter le jardin » en y installant progressivement des modules préfabriqués reliés à l’échoppe d’origine par une galerie axiale qui prolonge son traditionnel couloir de distribution. Le volume intérieur est réinvesti de la cave au comble et l’extension peut être programmée dans le temps en fonction de l’évolution de la famille.

Evolution de petites unités d’habitation bordelaises : cas n°1, une échoppe simple
Gilles Fortabat et Alain Triaud
Bruges
Ce projet propose la transformation en trois étapes de l’organisation et de l’extension des surfaces habitables : dans un premier temps, le volume est réaménagé en intégrant le sous sol et en créant un nouveau plancher qui rend le comble habitable, dans un deuxième temps, - qui correspond davantage à une variante - de nouveaux cloisonnements sont installés, dans un troisième temps, une véritable extension est proposée en fond de parcelle, raccordée à la maison principale par une galerie vitrée, isolant le jardin des jardins avoisinants.

WIMBY (Welcome in my backyard)
OS : Vincent Baur, Gaël Le Nouene, Guillaume Colboc et Maire Lang
Paris
Ce projet propose une modification progressive du paysage du cœur d’îlot qui pourrait à terme devenir public ou collectif. Cette transformation s’opère par un remaniement topographique des jardins sous forme d’une « dune » qui accueille des extensions en  creux. Ces ajouts sont davantage de nouvelles petites unités d’habitation que des extensions aux constructions existantes. Welcome In My Back Yard intègre le projet urbain et les relations de proximité en offrant une nouvelle vision du voisinage. Cependant la faisabilité d’un tel projet, envisageable pour une seule parcelle, s’avère plus difficile à mettre en œuvre à l’échelle d’un îlot.

Une petite échoppe creuse un jardin, s’y love
Cécile Mescam
Paris
Ce projet propose une extension et un réaménagement intérieur en excavation.  Le jardin est creusé pour réaliser un niveau supplémentaire de séjour (avec une chambre). L’ancien rez-de-chaussée devient l’espace nuit organisé autour d’une vaste mezzanine. La volonté affirmée de se fondre dans l’existant et d’imposer le moins possible sa marque sur le site est contradictoire dans ce projet puisque l’excavation impose une rupture topographique et bouleverse la relation  entre la rue et  le jardin.

Evolution de petites unités d’habitation bordelaises : cas n°1, une échoppe simple

David Marie-Anne
Marolles
Ce projet préserve la façade sur rue et propose une écriture contemporaine à l’arrière par extension. Le rez-de-chaussée conserve un salon et un bureau éclairés en second jour tandis que la cuisine et la salle à manger s’ouvrent sur le jardin. Une chambre est aménagée en sous-sol, deux puits de jour apportent de la lumière intérieure. Ce projet se veut conservateur tout en traduisant dans un langage architectural moderne l’héritage vernaculaire de ce type d’habitat. Le coin « nuit » donne côté rue tandis que le séjour est orienté sur le jardin ; la maîtrise des énergies (alimentation en air et distribution chaud/froid) tend à apporter de la modernité au modèle d’habitat.

Evolution de petites unités d’habitation bordelaises : cas n°1, une échoppe simple
Menuet-Bouzidi : Anna Menuet-Bouzidi, Aoma Bouzidi et Françoise Legendart
Antony
Ce projet limite l’intervention à un réaménagement du volume intérieur de la cave au comble. Cette posture permet de préserver le gabarit de l’échoppe d’origine tout en améliorant les conditions d’habitabilité. La nouvelle volumétrie s’organise en effet sur le principe de fluidité des différents espaces pour profiter du meilleur éclairement dans les pièces à vivre.

Evolution de petites unités d’habitation bordelaises : cas n°1, une échoppe simple
Zambon Laetitia et Antoine Jean Yves
Nancy
Ce projet souhaite valoriser le jardin et faire pénétrer la lumière au maximum dans le volume habitable ; il s’agit d’améliorations qualitatives plus que quantitatives ; cependant la surélévation crée des espaces supplémentaires. L’intérieur est entièrement réaménagé dans un langage très contemporain.

Evolution de petites unités d’habitation bordelaises : cas n°1, une échoppe simple
Sarl Bouriette - Vaconsin : Christophe Bouriette et Marion Vaconsin
Bordeaux
Une « mantille » habille ici la surélévation  qui n’est pas masquée mais se raccorde à l’ancien bâtiment avec un large joint en creux. Les différents volumes viennent se poser sur le haut des murs arasés. La géométrie de l’enveloppe-résille est volontairement graphique ; elle évoque l’Art Déco de façon très contemporaine. Le réaménagement intérieur présente de grandes qualités fonctionnelles ; un vaste séjour -cuisine, quatre chambres suspendues ou en alcôve, une buanderie et un espace rangement sur la rue (afin de ne pas encombrer le jardin).

page précédente             page suivante